L’histoire de Coulonvillers a été relatée par Monsieur Léonce CROIZE, ancien Maire de la commune, dans un livret “Histoire d’un Village en Ponthieu – COULONVILLERS et ses annexes”, datant de 1952.

Quelques exemplaires sont disponibles en mairie pour les personnes intéressées.

Vous découvrirez des extraits en cliquant sur le lien suivant :

Coulonvillers – Histoire d’un village du Ponthieu (Léonce CROIZE) EXTRAITS

Plus récemment, Monsieur Kevin DEVISMES, dont les aïeux se sont installés à Coulonvillers en 1807, a rédigé des “Notes sur l’histoire et le patrimoine de la commune de COULONVILLERS”, que vous pourrez découvrir via le lien ci-dessous :

Coulonvillers – Histoire et Patrimoine (auteur Kevin devisme)


… Ancienne tradition à COULONVILLERS …

(Source : Histoire d’un Village en Ponthieu de Léonce CROIZE)

“Une très ancienne coutume, ch’vin, se conserve à Coulonvillers. Lorsqu’une jeune fille épouse
un jeune homme d’un village voisin, les jeunes gens de la commune se rendent au domicile de
la promise, le dimanche précédant la noce. Ils sont reçus par les fiancés entourés des garçons
et demoiselles d’honneur. L’un d’eux adresse un compliment aux futurs et un cadeau –
généralement un globe où se placera le bouquet de fleurs d’oranger – est offert à la jeune fille.

Le fiancé remet à la jeunesse une somme d’argent qui sert en libations dans les cafés.
Cependant une partie de cette somme est envoyés aux jeunes gens de la commune qui sont
sous les drapeaux. Voici, à titre de curiosité, un “compliment” de la fin du siècle dernier :

“Fidèles à une ancienne tradition, nous venons, au nom de la jeunesse, à l’occasion de votre prochain mariage,
vous présenter à tous deux nos meilleurs voeux de bonheur. Nous estimons, Monsieur, que vous avez été bien
inspiré en choisissant Mademoiselle pour la compagne de votre vie. Sa conduite de jeune fille est un garant de 
l’avenir. Elle sera pour vous une épouse fidèle, aimant son mari et l’entourant de soins dévoués. Vous allez nous
quitter, Mademoiselle, pour suivre celui que vous aimez ; nous vous regretterons, car vous étiez notre amie à 
tous et vous étiez de toutes les fêtes de la jeunesse. Nous nous consolons de votre départ en constatant que votre
futur mari est digne de vous, il sera pour vous l’homme aimant, ayant à coeur de vous rendre heureuse.
Afin que
vous conserviez notre souvenir et pour vous prouver la profonde amitié que nous éprouvons pour vous, nous vous 
offrons ce globe sous lequel vous conserverez le bouquet de fleurs d’oranger de votre mariage qui vous rappellera
les Amis de votre jeunesse !”

 

Coulonvillers – Route d’Abbeville – Années 1910 


Coulonvillers – Route d’Abbeville – 2020